Fiche

Retard de croissance (général)

À retenir

La prise en charge d’un retard de croissance vise à diagnostiquer un trouble primaire ou secondaire sous-jacent. Les antécédents familiaux, la vitesse de croissance et le rapport poids/taille aident à différentier les principales étiologies.

Ainsi, une cassure rapide de la croissance accompagnée de signes neurologiques doit soulever le diagnostique différentiel d’un processus expansif intracrânien.


L’infléchissement progressif de la courbe de croissance accompagné d’une maigreur fait…

Ralentissement de la croissance   Disproportion  

Fiche rédigée par Hauschild

L’enfant de petite taille est à risque de harcèlement, d’une diminution de l’estime de soi avec comme conséquence possible une dépression.

La croissance postnatale peut être caractérisée par 3 phases: croissance fœtale et enfantine 0-2 ans régulée surtout par la balance énergétique (nutrition-dépenses), une phase d’enfance prépubère régulée surtout par des facteurs hormonaux tels que l’hormone de croissance et l’hormone thyroïdienne, ainsi que la phase pubertaire régulée par les stéroïdes sexuels et l’hormone de croissance.


La taille adulte est déterminée par des facteurs familiaux (taille familiale), génétiques, epigénétiques et environnementaux. Dès l’âge de 2-3 ans, un enfant devrait grandir dans un couloir de croissance adéquat par rapport à son sexe et âge et dans la cible parentale .

Une déviation de ce couloir, caractérisée par une vitesse de croissance altérée, sera remarqué sur les courbes de croissance par un « croisement des percentiles ».

La taille cible parentale peut être calculé (elle n’est précise qu’à ± 8.5 cm) :

Pour le garçon : (taille maternelle + taille paternelle + 13 cm) /2

Pour la fille : (taille paternelle + taille maternelle – 13 cm) /2


Le paramètre le plus important est la mensuration précise des proportions corporelles (anthropométrie) et de la vitesse de croissance.


Des troubles de croissance peuvent être:


1. Primaires, liés à

  • un trouble de la croissance cartilagineuse ou osseuse primaire (dysplasie squelettique)
  • un syndrome clinique
  • un retard de croissance intra-utérin sans rattrapage statural
  • un trouble phosphocalcique, métabolique osseux

2. Secondaires, liés à

  • un trouble systémique (maladie cœliaque, anémie, trouble cardiaque, pulmonaire, gastro-intestinal, néphrologique)
  • la médication
  • apports nutritionnels insuffisants (le poids sera faible)
  • un déficit hormonal, p.ex. en hormone de croissance ou thyroïdienne (le poids sera normal voire augmenté par rapport à la taille)
  • un événement traumatique sévère (psychosocial)
  • iatrogène

3. Constitutionnels

  • retard de croissance familial
  • retard de croissance et pubertaire constitutionnel avec retard de la maturation osseuse

L’approche diagnostique inclus 4 questions :

  1. Petite taille isolée, sans signe dysmorphique ni disproportion corporelle ?
  2. Vitesse de croissance, prise pondérale adéquate par rapport à l’âge ?
  3. Contexte familial / psychosocial ?
  4. Ancien RCIU ?

Indication absolue à des examens complémentaires:

  • Croisement de ≥ 2 percentiles et /ou une VC < -2 écarts-type pour l’âge et sexe
  • Taille < -3 DS (pour l’âge et sexe) ou une taille en dessous de -2 DS de la taille cible parentale. (DS taille –DS cible parentale < -2)
  • Signes de maladie systémique ou d’une tumeur. Suspicion de malnutrition ou déprivation psychosociale. Dysmorphisme. Disproportion corporelle.

En absence de signes cliniques spécifiques, faire :

  • Rx main G (maturation osseuse, objectivable dès l’âge de 3 ans)
  • IgA totales, anticorps anti-transglutaminase (maladie cœliaque)
  • TSH, T4 libre (hypothyroïdie)
  • Gazométrie, électrolytes (anion gap, trouble métabolique, acidose tubulaire rénale)
  • Un stix urinaire : glucosurie, protéinurie, hématurie

Indication spécialisée requise, selon les signes cliniques :

  • Caryotype chez la fille (Turner)
  • Na, K, glycémie, test à la sueur, marqueurs de trouble d’absorption intestinale
  • FSC, CRP, VS (inflammation chronique)
  • Bilan phosphocalcique, Vit D, PTH (rachitisme, pseudohypoparathyroidisme)
  • IGF1 et IGFBP-3 (« Insulin like Growth Factor 1 » et « Binding Protein-3 »)
  • Bilan endocrinologique élargie (Cushing, trouble hypothalamo-hypophysaire autre), Tests fonctionnels rarement en première intention.
  • IRM cérébrale (processus expansif / tumeur, malformation hypothalamo-hypophysaire)
  • Bilan génétique : gène SHOX (Léri-Weill), gène FGFR (hypochondroplasie)
  • Rx bassin (face), genoux (face / profil), colonne (face/ profil), bras (face)

Traitement:


1. Traitement du problème de base :


Nutrition équilibrée, régime spécifique (maladie cœliaque), équilibre psychosocial, prise en charge d’une maladie systémique

2. Indication à un traitement par l’hormone de croissance :
– Déficit en hormone de croissance
– Syndrome de Turner
– Insuffisance rénale chronique


– Ancien RCIU sans rattrapage statural à 4 ans de vie (et autres critères définis)


– Certains syndromes : Silver-Russel, Prader-Willi, Noonan (discuté)

En fonction du trouble de santé de base.


(cf fiche technique spécifique)